Dimanche 08 Décembre 2019

Compte rendu N°706

Accueil
Compte rendu des sorties

24/11/2019

AVEN DE LA BUSE

Bilan de la sortie:
Ce week-end end, à Courthezon se déroulait le festival du film spéléo. Cyprien qui avait fait le voyage, me propose d’aller faire l’Aven de la Buse : l’affaire est entendue. Pourtant dimanche, la pluie et les inondations de la veille n’incitait pas à une ballade sous terre. Mais la motivation a le dessus. Départ pour 9H30 de la cave coopérative de Courthézon. Les bouteilles dans le coffre, nous partons pour le plateau de Méjeanne le Clap. Le cheminement est long et sinueux, mais après une bonne heure de route, nous empruntons la montée du plateau où doit se situer le trou au dire des topos. Nous trouvons facilement l’entrée au bord de la route. Vite changé, le kitt plein, nous franchissons l’orifice situé dans un caniveau. La progression se fait facilement. Bientôt apparaissent les premières excentriques : cela devient beau. Mais c’est de plus en plus boueux. Bientôt c’est même étroit et boueux, mais la motivation ne faiblit pas. Nous arrivons dans des grandes salles. Elles sont magnifiquement décorées. Puis nous entamons une remontée spectaculaire de 40m dans une énorme cheminée. Au sommet un petit réduit permet de poser le matériel. Derrière un couloir au sol argileux et sec, Cyprien franchit la première étroiture : j’entends des exclamations qui parviennent du boyau. Nous pénétrons dans une véritable foret d’excentriques. Il y a des fistuleuses, des coulées blanches et pleins d’autre merveilles qui sont accrochés autour de nous. La progressions devient très délicate dans les cristaux fragiles occupent l’espace. Il faut se faufiler au milieu d’excentriques qui sont extrêmement fins. Je me sens mal à l’aise dans cet écrin minéral. Nous arrivons à la fin de ce rêve. Il nous est bien difficile de repartir tant l’endroit est somptueux. Mais la raison l’emporte et nous quittons ce palais pour retrouver le plancher des hommes. La sortie se fait rapidement et nous ressortons vers 16H00 complètement couvert de boue liquide. Juste au pied du plateau, nous trouvons un moulin qui borde la Cèze. Nous lavons le matériel sous les yeux médusés des passants et de la propriétaire. Il est plus de 17H00 quand nous nous séparons. Encore une belle sortie dans ce monde, décidément si riche de merveille.

Participants :
Cyprien et Laurent PAYROU