Lecture d'un article


Un bivouac de 4 jours en zone profonde des Sieben Hengste, par 3 spéléos bernois (Remo, Yan, Rolf) et Catherine. 

Le réseau des Sieben est l'un des plus grands réseaux de Suisse, au-dessus de Interlaken. La zone profonde a été explorée en post-siphon il y a 30 ans, et presque personne n'y avait remis ses bottes, jusqu'à ce que récemment, des spéléos suisses ouvrent une nouvelle entrée (par la cheminée de la Frustration). Cette zone de puits débouche rapidement dans la salle des topographes, point de confluence. Le bivouac de la zone profonde (nouveau, puisque l'ancien a été balayé par une crue en 1987) est désormais accessible en 2h à peine.

Les objectifs sont principalement une escalade dans la Salle impériale et la retopo de divers méandres des environs. Cette dernière nous permet de détecter une erreur systématique sur les pentes de la galerie du Dépucelage, qui du coup ne "perce" plus la galerie du Prédateur mérovingien. Au contraire, elle passe dessous, donc l'eau qui se perd dans le prédateur pourrait être celle du dépucelage ! Dans les deux terminus, nous sommes à la base de belles cheminées, (l'eau a charrié des pommes de pins !), avec un bon courant d'air.

deux vues 3D de la zone pour y voir plus clair (!) 

Dans la Salle impériale, l'escalade mesure 125 mètres. Nous atteignons l'arrivée de l'actif vers la mi-hauteur, ce qui nous permet de mieux comprendre la géologie du secteur. L'eau en revanche provient d'un laminoir peu engageant. Nous laissons aux prochains la joie de patauger dans ce cloaque sableux et glacé, non sans peaufiner l'équipement d'accès, par une vire particulièrement péteuse (lorsque les prises de pied se détachent) puis athlétique (lorsque les pieds battent dans le vide).

Au sommet de la salle, un petite galerie mérite d'être désobstruée. Au début, je crois que c'est un excès de zèle (maladie typiquement suisse, mais parfois contagieuse... vous allez voir), mais je suis forcée de reconnaître qu'il y a un écho derrière ce qui ressemble à une baignoire emplie de boue liquide, perchée à 3 mètres du dernier (mono)point de l'escalade de 125m. Et surtout il y a du courant d'air !

Bref nous laissons aussi cette réjouissance pour les prochains explorateurs.

Sortie juste avant nouvel-an, sous la neige.