Samedi 11 Février 2006

Aven de St Étienne du Valdonnez
Commune : St Étienne du Valdonnez
Coordonnées Lambert III : X= 697,925 Y= 240,500 Z= 920m
Développement : 1600 m
Dénivelé : +45 m ; -55 m

Accès :
De Mende se rendre à St Étienne du Valdonnez en passant par Langlade. Entrer dans St Étienne et se garer avant le petit pont qui traverse le valat de Merdaric. On peut se garer à côté d'un petit transformateur EDF. De là, remonter le valat rive droite en le suivant à travers champs jusqu'à une clôture en barbelé. Passer la clôture, et continuer à suivre le valat jusqu'à l'entrée de l'aven qui se trouve dans le lit du ruisseau.

Entrée désobstruée de l'aven : ça caille aujourd'hui !

Description :
l'aven débute par une entrée partiellement bâtie qui donne sur un P.3 suivi d'un P.7. Celui-ci s'ouvre dans une diaclase de faible largeur parcourue par un fort courant d'air.

DSCF0208.JPG
Gilles dans le P3 d'entrée

Au bas du P.7, un R.2 suivi d'un R.1, livre l'accès à un P.10 dont la descente se fait plein vide.



DSCF0212.JPG
Entre le R.2 et le P.10

La base de ce puits constitue la salle N°1 (11 m x 4 m).
DSCF0219.JPG
Guilhem dans le P.10

De là, par un puits de 10 m en diaclase on atteint la partie horizontale de l'aven. On peut pour une simple visite laisser là les baudriers.
DSCF0214.JPG
Thierry équipant le deuxième P.10 (2 A.N mais 2 spits seraient les bienvenus)

Au bas de la diaclase, (à gauche en descendant le puits) on peut aller visiter l'étroit réseau Boulot. On y accède par un joli méandre où coule un actif . Une jolie petite conduite forcée marque le début de ce réseau aval.
A droite, au bas du P.10 on rejoint rapidement une autre conduite forcée dans laquelle il faut ramper accompagné par un violent courant d'air.

DSCF0232.JPG
Pierre dans la conduite forcée
Une fois sorti du boyau, on se retrouve dans un beau méandre d'une dizaines de mètres qui débouche dans une belle galerie.
Vers l'aval, la progression dans cette grande galerie est aisée. Au bout de celle-ci, un laminoir permet de suivre le lit du ruisseau sur une dizaine de mètres au bout desquels une poche permet de se reposer. Les plus courageux pourront continuer sur quelques mètres supplémentaires, pour la beauté du geste, mais la progression est vite stoppée par un remplissage qui laisse seulement passer le ruisseau quand il coule. De retour sur nos pas, on peut explorer plusieurs diverticules dont un deuxième aval qui prend la forme d'un méandre où l'on observe la trace des crues.
En remontant vers l'amont, par une jolie galerie, on arrive après un rétrécissement dans la salle N°3. On laisse à droite un départ, qui se termine au bout d'une quinzaine de mètres, pour s'engager dans un méandre qui débouche dans la salle N°4. Par cette salle on accède à un très beau couloir concrétionné que l'on suit sur une centaine de mètres.

belle galerie après la salle N°4

Cette galerie nous mène jusqu'à un chaos. Un passage remontant entre les blocs nous permet d'atteindre la grande salle Gaillard.

Repas dans la salle Gaillard

Quelle blancheur !
Jolis gours...
Cette salle est d'un parcours aisé et les concrétions y sont très belles. Dans son prolongement vers le nord, une belle galerie de 180m permet d'atteindre par une petite escalade de 2,5 m la salle N°5.

Le trident

Pose dans la galerie entre la salle Gaillard et la salle N°5
Dans cette galerie, on retrouve le ruisseau que l'on pourra suivre jusqu'à un abaissement de la voûte. De là, soit on se mouille en suivant l'eau (pas terrible) soit on passe par un laminoir sec mais mince (les bottes en 46 ne passent pas...). Après le passage, on arrive au bout de 50m sur une trémie terminale.
La visite de la salle N°5 permet d'atteindre le point haut de la cavité +45m. Dans cette salle on peut observer un squelette de renard calcité. (la sortie n'était pas loin). Dans cette salle nous avons fait une escalade de 15m qui donne sur une petite galerie colmatée (longueur 3m) dans l'axe de la salle.

Crane du renard

Escalade dans la salle N°5 par Thierry
Sur le trajet du retour, avant d'arriver à la salle Gaillard sur la gauche, il faut visiter le réseau Odile. Pour cela désecalader les blocs et suivre l'eau. Le départ du réseau Odile se trouve à mi-hauteur dans une grande diaclase perpendiculaire au ruisseau. Il commence par une opposition un peu engagée au dessus du vide (surtout au retour). Le début de cette galerie de 160m est chaotique puis la progression est facile jusqu'à la perte où le ruisseau s'engouffre en grondant dans un méandre d'une dizaine de mètres (à voir et à entendre). La suite se fait dans le lit du ruisseau et permet de progresser d'une cinquantaine de mètres.

L'actif du réseau Odile

Détails au plafond

Sur ce cheminement classique, se greffent de nombreux diverticules plus moins étroits qui peuvent être intéressants à explorer. A titre indicatif, cette visite nous a pris 8 heures à 9 participants. Si vous n'êtes jamais allés visiter l'aven de St Étienne du Valdonnez, allez y vous ne serez pas déçus ...

Équipement :
On peut équiper les puits avec une seule corde .
verticales Cordes Amarrages
P.3
P.7

R.2
R.1
P.10
P.10
60 m Arbre + barre
1spit + déviation sur barre
A.N.
1 spit
2 plaquettes en place
1 spit +2 A.N.


bibliographie :
Spéloufi N°2 p 35
- Spéléo club de la Lozère
Lozère des ténèbres p 217 - Daniel André- Spéléo club de la Lozère.